Présentation

carte de santorin.jpg

Santorin, l’une des îles les plus méridionales de l'archipel des Cyclades, est située entre Ios et Anafi, à 130 milles marins du Pirée et 70 milles marins de la Crète. D'une superficie de 96 km2 et avec un littoral de 69 kilomètres, elle compte une population de 12.000 habitants. Elle jouit d’un climat agréable, avec des étés plutôt doux, grâce aux vents du N. E qui soufflent dans la région. Son chef-lieu est la bourgade de Phira.

La côte occidentale de l’île se termine brusquement par une falaise qui tombe à pic dans la caldeira, vaste cuvette maritime ayant une superficie de quelque 32 milles carrés et une profondeur de 300 à 400 mètres.

A l’ouest, la caldeira est délimitée par l’île de Thérasia et par l’îlot inhabité d’Aspronissi. Leurs formes laissent facilement comprendre que ces trois îles constituaient jadis le périgramme  d'une autre île, plus grande. Sur les parois de la caldeira, dont la hauteur varie entre 150 et 350m, on remarque des strates de rocher noir et rouge et de cendres volcaniques, formées au cours des différentes explosions du volcan et qui composent une coupe géologique d’un grand intérêt pour tous ceux que passionne le lointain passé de l’île. Au sommet des parois, s'étirent les bourgades de Phira et d’Oia, perchées au bord de l'abîme. Le paysage de la côte orientale de l'île est très différent. Le sol s’y étage en terrasses jusqu’à la plaine, qui aboutit à la mer. C’est là que se trouvent les terres fertiles de Santorin et les autres villages: Pyrgos et Emborio au sud, Kartérados et Finikia plus au nord.C’est là aussi que se trouvent les plages les plus fréquentées - Kamari, Périssa et Monolithos, toutes trois de galets et de sable noir - et que se dressent les massifs calcaires de Profitis llias, de Gavrilos, de Monolithos, de Mikros Profitis Ilias et de Mégalo Vouno, dont le plus haut  sommet - le Profitis Ilias - ne dépasse pas 567m. de hauteur.

La longueur de l'île, de son extrémité nord (cap Mavropétra) au sud (cap d’Exomiti), est de 18 kilomètres. Sa largeur varie entre 2 et 6 kilomètres.

La morphologie particulière du sol de Santorin et sa forme en croissant de lune sont dues aux activités de son volcan à l’époque préhistorique.  La terre, en raison de sa composition, est extrêmement fertile. Pendant longtemps, Santorin fut renommée pour ses produits agricoles, car, si la production n’était pas très importante, tout ce qui poussait sur cette terre anhydre était particulièrement savoureux. Un de ses produits les plus réputés était le vin. A part des crus comme le "brousco" et le "vissado", on fabriquait à Santorin le "nichtéri" ("le nocturne"), qui doit son nom au mode de fabrication. Il était fait avec du raisin non foulé, c’est-à-dire le raisin cueilli en fin de journée et qui, entassé dans les corbeilles, attendait au pressoir d'être foulé le lendemain. Ainsi, les grains s’écrasaient peu à peu de leur propre poids. L’île produisait aussi de petites tomates particulièrement succulentes, avec lesquelles les habitants préparaient le "berté", le concentré de tomates qu’ils conservaient pour l'hiver. On cultivait aussi de l’orge, des concombres et une variété de pois, dont les graines étaient écrasées avec une meule en pierre pour préparer une purée très savoureuse, appelée "fava".

Une autre ressource économique importante de l’île était l’exploitation de la pierre ponce, qui recouvre le sol de plusieurs endroits 30-40 mètres. Ce matériau aux propriétés isolantes fut utilisé en grandes quantités pour la construction du canal de Suez.

Aujourd'hui, les habitants de l‘île ont des occupations en grande partie reliées au tourisme. Parmi les cultures que nous venons de citer, seule celle de la vigne est encore pratiquée de manière systématique pour la production de vin. Les conserveries de tomates sont abandonnées, vestiges silencieux du passé, tandis que les petits ânes qui, jadis, transportaient les marchandises à travers l’île, transportent de nos jours les innombrables visiteurs de Kato Yalo à Phira. Ces dernières années, Santorin est devenue un lieu de villégiature pour de nombreux touristes. Ses sites archéologiques et sa beauté, due en grande partie à son paysage peu commun, attirent chaque été des milliers de touristes venus du monde entier.